Citations du Père Henri Caffarel

Version imprimableVersion imprimable

Chaque jour avec le père Caffarel
Les Équipes Notre-Dame vous proposent de relire la pensée du père Caffarel, fondateur de notre mouvement, à travers un recueil de 53 citations datées du 25 mars au 16 mai 2020 et élaborées spécialement pour le temps de confinement.

LIRE LE RECUEIL



CITATIONS HEBDOMADAIRES
 
NOVEMBRE 2020
 
Nous vous proposons des extraits de la Conférence donnée par le père Henri Caffarel aux Equipes Notre-Dame lors du Pèlerinage à Rome, le 4 mai 1970, « Les Equipes Notre-Dame face à l’athéisme », qui ont pour sujet la mission du couple chrétien.
 
Semaine 45. 1-7 novembre 2020

► C’est de votre amour conjugal, de votre foyer que le monde athée, sans s’en douter, attend un témoignage essentiel. 

Si vous m’avez suivi, je pense que vous êtes d’accord avec moi pour estimer que ce défi lancé aux chrétiens par l’athéisme, exige avec urgence une réponse : notre témoignage. Pour peu que l’on connaisse et que l’on aime Dieu, comment ne pas trouver intolérable que son vrai visage soit ainsi défiguré, souffleté. Pour peu que l’on aime ses frères, comment supporter qu’ignorant le vrai Dieu, ils soient plongés dans l’angoisse, l’inquiétude, l’absurde ? Pour peu qu’on ait le sens des solidarités humaines, comment ne pas se sentir coresponsable de la trahison de Dieu par les chrétiens ? C’est l’affaire de toute l’Église de révéler le vrai visage de Dieu à notre temps, mais je voudrais ce soir vous montrer que c’est en un sens très spécialement l’affaire des foyers.

Je devine votre réaction, la mission est grande, trop grande, nous n’avons ni le temps ni la compétence. Et si je vous répondais, mais vous êtes particulièrement aptes à remplir cette mission précisément parce que vous êtes des foyers. Vous avez un charisme propre. D’ailleurs pour être ces témoins que le monde attend, il n’est pas besoin de quitter vos tâches familiales et professionnelles, vous n’avez pas à partir pour une lointaine croisade.

Je m’explique : c’est de votre amour conjugal, de votre foyer que le monde athée, sans s’en douter, attend un témoignage essentiel.

 
Semaine 46. 8-14 novembre 2020

► Votre foyer rendra témoignage à Dieu de façon plus explicite encore s’il est l’union de deux chercheurs de Dieu.

Regardons de plus près votre mission de témoins de Dieu. La première manière de vous en acquitter, c’est de vivre toujours plus parfaitement votre amour, de faire qu’il déploie toutes ses virtualités, qu’il se manifeste, fidèle, heureux, fécond. Il est vrai que c’est au-dessus de vos seules possibilités. L’homme et la femme ont tôt fait de constater que le mal est au travail dans le foyer. Il faut nécessairement recourir à la grâce du Christ sauveur du couple, et du coup, votre union devient le témoin non seulement du Dieu créateur mais encore du Dieu sauveur.

Votre foyer rendra témoignage à Dieu de façon plus explicite encore s’il est l’union de deux chercheurs de Dieu selon l’admirable expression des psaumes. Deux chercheurs, dont l’intelligence et le cœur sont avides de connaître, de rencontrer Dieu, de lui être unis, parce qu’ils ont compris que Dieu est la grande réalité, parce que Dieu les intéresse plus que tout.

Combien parmi vous que je connais, de vrais chercheurs de Dieu ? Un tel foyer est un lieu de culte. Non seulement, en ce sens que les époux sont ses adorateurs en esprit et en vérité, que leurs enfants sont élevés pour être eux-aussi des adorateurs, mais en ce sens également que cet élan d’adoration oriente les cœurs et toutes les tâches à longueur de journée.

 
Semaine 47. 15-21 novembre 2020

► Le foyer chrétien est cette Église en réduction dont parlait saint Jean Chrysostome.

Le foyer chrétien est cette Église en réduction dont parlait saint Jean Chrysostome, cette cellule d’Église dont nous entretenait Paul VI hier matin. Tous les autres lieux de culte seraient-ils fermés, désaffectés, détruits, comme en certaines régions du monde, la famille chrétienne reste la demeure de Dieu parmi les hommes. Et parce que Dieu y demeure, c’est un lieu où Dieu agit, continue d’opérer ses "mirabilia", ces grandes choses dont nous entretient la Bible. C’est une histoire sainte que l’existence d’un foyer chrétien parce que c’est une histoire conduite par Dieu.

Et ceux qui viennent lui demander l’hospitalité, qu’ils en aient conscience ou non, y trouvent Celui dont c’est la demeure. Où sont l’amour et la charité, là Dieu est présent.  C’est à des indices multiples que le visiteur découvre ce Dieu à l’œuvre au foyer. Un souci de pauvreté, de charité, une manière habituelle de souligner le bon coté des gens et des choses, un jugement spontanément évangélique sur les événements, une indépendance vis à vis du monde, des modes intellectuelles ou autres. Il n’y a pas de risque qu’un tel foyer soit un ghetto où l’on s’enferme à l’abri des détresses du monde. C’est bien plutôt un lieu d’où l’on part pour aller à toutes les tâches humaines.

Semaine 48. 22-28 novembre 2020

► Un foyer de chercheurs de Dieu est une théophanie.

Le Dieu ami des hommes envoie en mission ses serviteurs quand ils ont refait leurs forces dans l’amour mutuel, la prière et le repos. Alors, il n’est pas surprenant qu’au milieu des hommes, les époux chrétiens soient des témoins du Dieu vivant.

J’en veux pour preuve cette réflexion d’une femme scientifique athée à une amie catholique : « Pour vous, Dieu est vivant comme le sont votre mari ou vos gosses, mes arguments contre Dieu sont ridicules devant vous, c’est comme si j’essayais de vous démontrer que votre mari n’existe pas. »

Me direz-vous, ce portrait du foyer chrétien suppose le problème résolu à savoir que nous sommes des saints. Non pas : je n’ai pas parlé de sainteté, mais de recherche de Dieu, d’honneur rendu à Dieu, de recours au Christ sauveur pour surmonter quotidiennement, dans la vie conjugale et familiale, les tentations et les obstacles.

Je voudrais vous avoir communiqué ma conviction qu’un foyer de chercheurs de Dieu est dans notre monde qui ne croit plus en Dieu, qui ne croit plus en l’amour, une théophanie, une manifestation de Dieu comme le fut pour Moïse, ce buisson du désert qui flambait et ne se consumait pas.
 
 

OCTOBRE 2020

Nous vous proposons un extrait d’une note rédigée par le Père Caffarel le 15 décembre 1960 en vue de la préparation du concile Vatican II qui devait être, selon le Saint-Père, source, pour l'Église, d'une « nouvelle vigueur pour sa mission divine », principe de sa rénovation intérieure. Il y souhaitait que le concile se penche sur l’état de vie qu’est le mariage au même titre qu’il devait le faire pour le clergé et la vie religieuse en recommandant un effort pastoral (préparation au mariage lointaine et proche, prise en compte de situations particulières) et un approfondissement doctrinal qu’il voyait déboucher sur un renouveau de l’Église par un renouveau du mariage chrétien et sur la présentation au monde du vrai visage du mariage chrétien.

Semaine 41. 4-10 octobre 2020

« le couple chrétien participe au mystère de l'Église, en lui la vie et le mystère de tout le Corps se réalisent d'une façon élémentaire »

IV — VERS UN RENOUVEAU DE L’ÉGLISE

PAR UN RENOUVEAU DU MARIAGE CHRÉTIEN

Il ne suffit pas de penser au foyer chrétien comme sujet récepteur et bénéficiaire de l'action pastorale de l'Église, il faut aussi voir en lui le sujet agissant qui doit coopérer avec toute l'Église à l'édification et à l'expansion du Corps Mystique du Christ.

Rechercher la vocation et la mission ecclésiale du laïc à partir des exigences du baptême et de la confirmation est une chose, mais autre chose est de bien définir la vocation et la mission du couple chrétien à partir d'une théologie du sacrement de mariage. Ce sacrement ne dispense pas les mariés des obligations issues du baptême et de la confirmation, mais donne au couple, en tant que tel, un  « officium » dans l'Église, irremplaçable. Les Pères couramment désignaient le mariage par ces termes : officium, gradus, professio, ordo, autant d'expressions qui soulignaient la place et la fonction dans l'Église de « l’ordre des conjoints ».

1 – LE FOYER CHRÉTIEN, CELLULE D'ÉGLISE. —Non seulement au sens social de l'expression mais au sens mystique : le couple chrétien participe au mystère de l'Église, en lui la vie et le mystère de tout le Corps se réalisent d'une façon élémentaire. Ce qui faisait dire à Pie XI, dans Casti Connubii : « Aussi longtemps que vivent les époux, leur société est le sacrement du Christ et de l'Église. » Sacrement, signe de l'union du Christ et de l'Église, source de grâce pour les époux, rayonnement de grâce pour ceux qui les entourent. Étant cellule d'Église, le couple chrétien participe donc aux grandes fonctions de l'Église.

2 – PROCRÉATION  — II faut faire une place à part à cette fonction originale et irremplaçable du couple dans l’Église, par laquelle il fournit les membres du Corps mystique du Christ,. Cette fonc­tion a un caractère proprement religieux, du fait qu'elle est assumée par un couple consacré par le sacrement de mariage et exercée dans l'intention de procurer à Dieu des adorateurs en esprit et en vérité.

Semaine 42. 11-17 octobre 2020

« Le foyer chrétien est une fraction de l'univers devenue Royaume de Dieu. »

3 – LE FOYER CHRÉTIEN PARTICIPE À LA FONCTION ROYALE DE L'ÉGLISE — Le foyer chrétien est le lieu privilégié où s'opère ce que Pie XII appelait « la consécration du monde ». Les choses et les activités temporelles, le travail, les tâches quotidiennes, l'union physique des époux y prennent une qualité et une destination religieuse, participent à cette existence consacrée du couple fondé sur le sacrement de mariage. Le foyer chrétien est une fraction de l'univers devenue Royaume de Dieu. — Les parents sont à l'égard des enfants des pasteurs ayant mission de les conduire « par des voies droites » aux « sources de la vie » et de favoriser l'ordre chrétien et la charité en cette ecclesiuncula dont ils ont la charge. Ce qui faisait dire par saint Augustin, aux pères de famille, qu'ils remplissent en quelque sorte une mission sacerdotale et épiscopale.

4 – LE FOYER CHRÉTIEN PARTICIPE À LA FONCTION SACERDOTALE DE L'ÉGLISE — Comme toute réalité consacrée dans l'Église, le foyer est habilité et député au culte de Dieu. La procréation et l'éducation notamment se veulent offrande à Dieu et formation d'enfants qui, à leur tour seront des adorateurs en esprit et en vérité. C’est au foyer familial que les enfants doivent découvrir l'Église priante et déjà participer à son action sacerdotale, avant même de pouvoir prendre part à la messe et à la vie paroissiale.

5 – LE FOYER CHRÉTIEN PARTICIPE À LA FONCTION PROPHÉTIQUE DE L'ÉGLISE — Pères et mères ont une mission ecclésiale inaliénable, qui est d'annoncer à leurs enfants la bonne nouvelle du salut et du dessein de Dieu et de les amener par l'éducation à conformer leurs pensée, volonté, vie, au message divin. Cette fonction « prophétique » des chrétiens mariés ne vise pas seulement les enfants, mais aussi ceux qui vivent au foyer et autour du foyer. À ceux-là le couple chrétien doit communiquer le message du Christ. Il est certains aspects de ce message que le couple est particulièrement apte à transmettre : c'est à lui qu'il revient de révéler aux hommes que l'amour humain a été sauvé par le Christ, par l'exemple de sa vie, qu’il revient « d'illustrer et de mettre à la portée de tous », suivant une expression de Jean XXIII, la doctrine chrétienne du mariage, à lui encore de proclamer aux yeux des hommes l'union du Christ et de l'Église dont il doit être le reflet et dont il lui faut rayonner la grâce.

Semaine 43. 18-24 octobre 2020

« Le foyer est « cellule d'Église », « milieu nourricier » de la foi »

6 – LE FOYER CHRÉTIEN PARTICIPE À LA FONCTION APOSTOLIQUE DE L'ÉGLISE — L'Action apostolique du foyer s'exerce au dehors et au dedans. Au dehors : le foyer, en tant que tel, coopère à l'apostolat hiérarchique dans l'Action Catholique, exerce l'apostolat des laïcs sous ses formes variées. Même quand les deux époux ne sont pas ensemble pour agir, ils restent un et c'est encore le couple, par chacun de ses membres, qui témoigne de sa foi. Le foyer est le lieu de grâce où chaque époux, comme aussi chaque enfant, vient se ressourcer avant de repartir pour le service de l'Église.

Mais c'est sans doute l'apostolat au dedans qui est le plus caractéristique, le plus spécifique. Le foyer est « cellule d'Église », « milieu nourricier » de la foi, c'est là que les non-croyants trouvent un premier contact avec l'Église, que les pécheurs peuvent découvrir sa miséricorde, que les pauvres et les abandonnés peuvent expérimenter sa maternité. Le foyer chrétien, relais de la communauté ecclésiale.

Il est à remarquer qu'aujourd'hui ce ne sont pas seulement les biens surnaturels mais aussi les valeurs naturelles qui en de très nombreux foyers sont compromises. En revanche, là où le sacrement de mariage porte ses fruits de sainteté, ce sont déjà les valeurs naturelles qui sont restaurées. Ce qui veut dire que la société civile serait la première à bénéficier d'une restauration du mariage chrétien. Et l'Église, dans un corps social plus fort et plus sain, pourrait poursuivre plus efficacement son œuvre de sanctification.

Mais évidemment l'Église reste le principal bénéficiaire d'un renouveau du mariage chrétien. Des foyers chrétiens elle recevra de nouveaux membres, parmi lesquels elle trouvera les vocations sacerdotales et religieuses dont elle a un si impérieux besoin. Car l'expérience le prouve, l'amour conjugal fidèle à sa vocation est une « fontaine de virginité », tout comme, réciproquement, la virginité est invitation à la sainteté conjugale. C'est également au foyer chrétien que l'Église trouvera les vocations de militants d'Action Catholique qui lui sont si nécessaires.

Que « l’ordre des conjoints » connaisse un renouveau et c'est l'Église entière qui se renouvelle.

Dans les pays où sévit la persécution, la mission des foyers chrétiens appa­raît sous un jour quelque peu nouveau. Ils sont comme les derniers retranchements où se réfugie l'Église. Et c’est dans ces familles-catacombes que le Christ pourra préparer un nouveau printemps de son Église. Encore faut-il que ces foyers, quand c'était encore possible, aient été préparés à leur mission héroïque.

Semaine 44. 25-31 octobre 2020

« le monde moderne […] ne soupçonne pas que le Christ est venu sauver le couple humain »

V — PRÉSENTER AU MONDE MODERNE LE VRAI VISAGE DU MARIAGE CHRÉTIEN

On est tristement impressionné de constater que le monde moderne ne connaît de la doctrine chrétienne du mariage que ses interdits et ne soupçonne pas que le Christ est venu sauver le couple humain, qu’il lui a offert cette admirable promotion qu'est le sacrement de mariage. Il y a tout un aspect positif et exaltant de la doctrine du mariage chrétien que l'on voudrait voir présenter à notre monde. Étant donné qu'en notre temps, comme en tout temps d'ailleurs, le cœur humain est habité par l'inconfusible espoir de vivre un grand amour conjugal, l’annonce de la doctrine chrétienne présentée dans toute son ampleur et toute sa beauté aurait la chance de trouver un profond écho chez nos contemporains, souvent moins sensibles à d'autres perspectives chrétiennes. Il vaudrait la peine de se poser la question de savoir comment faire connaître aux hommes d’aujourd’hui la doctrine chrétienne dans toute sa richesse.

Quelques souhaits : 

a – qu’un « commun » des « mariés », que des messes propres en l’honneur de couples dont les deux conjoints ont été canonisés, voire de saintes familles, viennent orner l’année liturgique, prouvant avec évidence que le mariage est grand aux yeux de l’Église et qu’il est une voie de sainteté.

b – une encyclique sur les richesses du sacrement de mariage.

SEPTEMBRE 2020

Comment pouvons-nous partager les grâces que nous avons reçues aux END ? Quelles résolutions prendre pour l’année qui commence ? Nous lirons l’éditorial de la Lettre des Équipes Notre-Dame de septembre 1950.

Semaine 37. 6-12 septembre 2020

Privilégiés, vous l’êtes. C’est un fait, que vous le vouliez ou non. Profiteurs, il dépend de vous de ne l’être pas.

PRIVILÉGIÉS ?  OUI

PROFITEURS ?  NON

Privilégiés, vous l’êtes. C’est un fait, que vous le vouliez ou non.

Profiteurs, il dépend de vous de ne l’être pas.

Privilégiés… profiteurs… : entre les deux, la distance n’est pas longue ; elle est vite franchie par qui n’y prend garde.

De vos privilèges, faites donc vous-mêmes un rapide bilan ; Et d’abord, prenez un cercle, divisez-le en cinq (comme on partage un gâteau !) Un des cinq secteurs représente la proportion des catholiques dans le monde. Mais combien, parmi eux, ne sont catholiques que de nom, n’ayant plus aucune pratique religieuse ! Et parmi les pratiquants eux-mêmes, la plupart n’ont reçu qu’une instruction chrétienne rudimentaire. Vous êtes, vous, du tout petit nombre qui a bénéficié (en famille, au collège, …) d’une formation sérieuse. Dans ce petit nombre lui-même, combien peu ont la chance – que dis-je, la grâce qui est vôtre et d’un bel amour chrétien et d’amitiés de foyers ayant la même grâce, poursuivant un même idéal de perfection chrétienne dans le mariage.

Semaine 38. 13-19 septembre 2020

Je voudrais que ça vous soit intolérable.

Reprenez maintenant votre cercle : c’est par cent, par mille peut-être qu’il faut diviser la cinquième partie. Un simple trait de crayon est encore trop épais pour représenter la catégorie des rares privilégiés dont vous êtes.

Dites-moi, quelle est votre impression ?

Pourquoi vous, pourquoi pas eux, ces centaines de millions de foyers ? … Je voudrais que ça vous soit intolérable.

Semaine 39. 20-26 septembre 2020

Faites leur entrevoir tout ce qu’apporte de joie et de force l’amitié fraternelle entre foyers.

Aujourd’hui, je ne vous parlerai pas du devoir d’apostolat en général. Je veux simplement vous inviter à tout mettre en œuvre au cours de l’année qui s’ouvre, pour que cette spiritualité conjugale et familiale que vous puisez aux Équipes Notre-Dame parvienne aux foyers qui vous entourent, fortifie leur union qui peut-être se lézarde, ranime leur amour, leur révèle les richesses du sacrement de mariage. Faites leur entrevoir aussi tout ce qu’apporte de joie et de force l’amitié fraternelle entre foyers.

Manqueriez-vous d’ardeur ? Ne soupçonneriez-vous pas à quel point l’ambiance dans laquelle ils vivent menace la vie chrétienne et l’union de tant de foyers ?

Semaine 40. 27 septembre - 3 octobre 2020

Que nul ne puisse vous lancer ce mot atroce : Profiteurs !

Ah !  surtout, ne me dites pas qu’il n’y a rien à faire. Si vous les aimez vraiment, tous ces foyers menacés, “pauvres” d’amour et de grâce, vous saurez inventer ce qu’il faut faire et persévérer dans votre effort. Invention, persévérance, des qualités de missionnaires… (Que de missionnaires peinent, prêchent, s’acharnent pendant des années sans résultat). Et bien, oui, soyez les missionnaires de cette spiritualité conjugale qui vous fait vivre.

Que nul ne puisse vous lancer ce mot atroce : Profiteurs !